Petit diablotin de Provence

Introduction

Nous sommes en 2012. Je vous invite à découvrir l’histoire de ma première fois avec un petit diablotin. C’est ma première rencontre avec cet insecte fascinant, on peut dire que c’est lui qui m’a fait basculer dans le monde de la photo.

Native des Alpes maritimes, je réside du côté de Nice. Un jour d’automne, mon copain et moi allons au Col de Nice pour ramasser quelques champignons. 

 

Histoire

Au détour d’un chemin, alors que le soleil baisse, soudainement, apparaît comme un insecte. Je ne sais pas qui il est, jamais vu pour ma part, ni même entendu parlé.

Mon coeur s’emballe, je suis surexcitée, limite j’en ai même peur. Il faut dire qu’à cette époque, j’étais assez craintive de ce que je ne connaissais pas et les insectes n’étaient pas encore ma grande passion, moi la citadine azuréenne. Cependant, il captive mon attention, me fascine même et je tombe sous le charme en cet instant. C’est la première fois de ma vie qu’un insecte attire mon attention ( depuis, j’ai fait du chemin).

Évidemment, à cette époque, je ne pratique pas encore la photographie et je ne possède pas d’appareil photo pour immortaliser cette nouvelle découverte. Avec mes yeux si curieux, je le regarde sous toutes les coutures, et j’ai de la chance car lui aussi à l’air curieux et, il est assez coopératif. Il se balance de droite à gauche, à la façon du vent. Mon copain remarque qu’il ressemble beaucoup à une mini mante religieuse, du fait de la présence de pattes ravisseuses qui lui sert  capturer ces proies. Ce nouvel insecte inconnu pour moi mesure environ 3 cm  et ressemble étrangement à un petit diable du fait qu’il possède deux petites cornes.  Je l’observe donc un long moment, il me regarde aussi ! Étrange cette sensation de communication avec un insecte, j’adore !

Je me demande quand même ce que j’ai bien pu faire pour comme bêtise pour que je rencontre un insecte de la sorte. Étais-ce une chance ? ou bien une punition ? l’avenir me le dira ! 

Le soleil baisse à l’horizon, le temps est vite passé, le froid se fait sentir. Le diablotin décide de reprendre son chemin. 

Cette rencontre, nouvelle et remplie d’emotion s’ancre désormais dans ma mémoire et s’inscrit comme l’une des plus belles du monde animal.

Voici enfin la première photographie de cette mante qui m’a fait connaître sur les réseaux sociaux, réalisée en Aveyron en 2016  

Voir plus de photos

 

Conclusion

De retour à la maison, je fais une recherche sur Internet en tapant insecte qui ressemble à un diable ! et là,  google m’annonce l’Empuse pennata  autrement appelé Diablotin de Provence. Haha j’avais donc raison qu’il ressemblait à un petit diable ! Il existe déjà, c’est une bonne chose,  c’est juste que je  ne  le connaissais pas et j’ai appris aujourd’hui son existence. Je peux donc enlever l’hypothèse de la bêtise 😉

Je suis trop contente, cette recherche m’amène sur des photos de photographes et la première que je découvre est celle de Patrick COUJON qui deviendra une référence dans le milieu de la macrophotographie des Empuses  dans un futur proche. Une passion est en train de naître , mais je ne le sais pas encore, l’avenir me le dira 😉 

Depuis, j’ai quitté les Alpes maritimes pour aller vivre au vert. J’ai vécu deux ans dans l’Aveyron. Puis, je me suis rapproché d’une ville celle de Béziers dans l’Hérault. J’habite un petit village de moins de 500 habitants où je suis très heureuse. Je pratique la photographie intensivement depuis 2016 et l’empuse pennata est incontestablement mon insecte préféré. 

Contrairement à sa cousine la mante religieuse, la femelle empuse pennée ne mange pas le mâle lors de l’accouplement. Elle a un caractère bien plus soft. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.